Bonsai-pot

Bonsai-pot

Imaoka Machinao

Imaoka Machinao 
Son véritable nom est identique.
Les "pots Machi" désignent souvent les petits pots à bonsai créés par Imaoka Machinao.
Il est né en Taisho 14 (1925), dans la préfecture de Tokyo.
En Showa 38 (1963), il débute la production de poterie dans le quartier Yamatocho (arrondissement de Nakano, Tokyo).
Après avoir fait la connaissance du défunt acteur de cinéma, Nakamura Zekou, il commence véritablement à produire des petits pots.
C'est en fait, suite à une exposition sur les mame bonsai organisée par Zekou au grand magasin Seibu de Ikebukuro qu' il apporte 2-3 pots. La chance aidant, il reçoit un accueil très favorable et grâce aux encouragements de Zekou, il débute réellement la création des petits pots.
C'est donc la naissance de Imaoka Machinao, créateur de pots à bonsaï. Il ne voit pas sa carrière comme celle d'un artiste, mais plutôt comme celle d'un simple artisan qui se consacre à la création de poteries.
Avec l'aide de Zekou, suite aux nombreuses demandes pour se procurer ses créations, il décide d'organiser des ventes de type Tupperware. 
Après la publication d'une annonce dans le magazine Juuseki, il reçoit d'innombrables propositions d'Hokkaido (région la plus au nord) et de Kyuushuu (région la plus au sud).
Il est toujours désolé de ne pas pouvoir répondre à toutes les demandes. (Ces réunions type Tupperware perdurent pendant 10 ans) 
Il publie "l'encyclopédie pour les amateurs de la poterie - comment faire des petits pots", recueil rassemblant les techniques qu'il a acquises en autodidacte. 
Du fait qu'il aborde la création de la poterie en autodidacte, il connait de nombreux échecs à ses débuts : l' émail n'adhère pas aux pots car la température du four lors de la cuisson, ne monte pas comme il l'espère. 
Puis, la première fois où il réussit à faire adhérer l'émail à sa création, on dit qu'il a sauté de joie. 
En août de Showa 47 (1972), dans l'impossibilité de cuire dans le four du centre de la ville, il fait construire des fours Imaoka à Izu et Itou. 
Fasciné par la glaçure et le cinabre, il les étudie.
Bien que le cinabre soit sévèrement critiqué pour ne pas convenir aux pots à bonsaï, à cause de son aspect trop tapageur, il continue obstinément à s'y accrocher. 
Cependant, son ingéniosité et ses recherches lui permettent de réussir  les changements d'aspect par la cuisson au four. 
En outre, il souhaite ne produire ni œuvres, ni glaçages identiques. A chaque réunion de vente, il s'efforce de présenter de nouvelles créations. 
Il enseigne aussi à de nombreuses personnes la construction des fours Imaoka et la réalisation de poteries. 
En mai de Showa 56 (1981), les fours Imaoka sont stoppés. 
En Showa 57 (1982), il retourne à Tokyo pour vivre avec sa fille et ses petits-enfants. 
Il reste de nombreux pots. Un grand nombre de demandes de vente émane de personnes non-membres des réunions. Mais ayant de la considération pour tous les membres qui l'ont soutenu, il refuse ces nouvelles demandes et casse la plupart de ses pots. 
Il connait le sommeil éternel à l'âge de 77 ans, en avril de Heisei 14 (2002).


22/12/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 28 autres membres